Mathématiques 6 > 9
1ères opérations Montessori

1ères opérations Montessori

Disponible sur iPad - iPhone

Les enfants de cours préparatoire apprennent à réaliser leurs premiers calculs avec les additions, les soustractions, les doubles et les moitiés. Grâce à Les Trois Elles Interactive, ils pourront s’entrainer tranquillement à la maison en expérimentant la méthode Montessori.

Le temps de l’apprentissage

Dès le premier lancement et après avoir créé un profil, on trouve bien en évidence au milieu de l’écran les symboles de l’addition et de la soustraction, ainsi qu’un troisième représentant la moitié et les doubles. Il ne reste plus à l’enfant qu’à choisir l’opération sur laquelle il souhaite travailler en touchant le monstre qui lui est associé. Démarre alors la phase d’apprentissage lors de laquelle il devra trouver la réponse à des calculs en utilisant des objets, fidèlement à la méthode Montessori qui favorise le rapport avec le matériel.

Dans l’addition et la soustraction, ce sont des lignes de blocs qu’il faudra manipuler pour donner la réponse. Le côté très visuel permet de bien comprendre le fonctionnement de l’opérateur et de rapidement identifier son erreur lorsqu’erreur il y a. En effet, une fois la réponse donnée, une animation se déclenche montrant le résultat de l’ajout ou du retrait des blocs selon l’opération. En comparant le résultat obtenu avec sa propre réponse, on constate immédiatement si cette dernière est correcte ou non.

Le fonctionnement des doubles et moitiés est très différent. L’apprentissage se fait cette fois-ci en deux étapes dans lesquelles des jetons serviront à comprendre les notions. La première consiste à différencier les nombres pairs et impairs. En positionnant la bonne quantité de jetons sous chaque nombre de 1 à 10, on constate en effet que ceux sous les nombres pairs sont organisés en deux colonnes de taille identique, ce qui n’est bien entendu pas le cas des nombres impairs pour lesquels un jeton résiduel perturbe cet équilibre. L’accompagnement vocal a également son importance puisque la parité du nombre est annoncée lorsque celui-ci est complété. Encore une fois très axé sur la manipulation, cet exercice peut s’avérer un peu long pour l’enfant qui devra placer un par un les 55 jetons.

La seconde étape des doubles et moitiés va transformer le doigt de votre enfant en un objet capable de trancher les deux colonnes de jetons. Alors bien entendu, cela ne pose aucun souci sur les nombres pairs dont les colonnes se séparent sans difficulté pour montrer la valeur de leur moitié. En revanche, on comprend très bien que le jeton supplémentaire présent sous les nombres impairs bloque la séparation des colonnes. Terriblement efficace. Une voix accompagne encore une fois l’enfant en lui annonçant la valeur de la moitié du nombre, mais aussi celle du double qui permet de le reconstituer.

Un autre mode de jeu disponible depuis l’écran d’accueil permet de réviser les additions et soustractions sous forme de tables. Il suffira alors de toucher un numéro dans la table pour voir apparaitre l’opération qu’il faut réaliser pour l’obtenir. Un mode quiz permettra de reconstituer le tableau d’une opération en positionnant les résultats au bon endroit dans la grille selon les calculs demandés. D’autres jeux sont également disponibles dans l’application pour mettre en pratique les leçons étudiées. Passons-les en revue.

Un peu de détente

Un total de sept jeux sont proposés, regroupés en trois types selon leur couleur. Ceux baptisés « Monster » consistent simplement à trouver le résultat d’une addition ou d’une soustraction. Il sera possible de s’aider de jetons pour trouver la bonne réponse et ainsi gagner des points.

Il faudra utiliser les bulles en suspension sur l’écran dans les jeux de type « Bubble Game » pour trouver le résultat attendu. Dans les additions et les soustractions, il s’agit simplement de trouver la bulle représentant la somme ou la différence attendue. Pour les doubles et moitiés, il faudra éclater les bonnes bulles en fonction de l’énoncé parfois pour identifier celles portant des nombres pairs ou impairs, parfois pour les diviser en deux qui porteront chacune la moitié de la valeur de la disparue.

Enfin, le jeu « Smart Fingers » demandera rapidité et agilité pour toucher avec le bon nombre de doigts chaque moitié de l’écran en faisant en sorte que chacune comporte justement la moitié du nombre affiché au centre. Celui-ci a la particularité de pouvoir se jouer à deux joueurs l’un contre l’autre.

Réalisation

On ne peut pas dire de l’univers graphique qu’il est très travaillé, mais il est suffisamment original et décalé pour donner un peu d’attrait aux yeux des enfants tout en restant focalisé sur l’objectif pédagogique. La bande-son est tout à fait adaptée avec des musiques discrètes lors de la navigation dans les menus, mais qui laisse la place au silence dans les phases d’apprentissage et de jeux. Les bruitages sont tout à fait bien ajustés, et la qualité de la voix est irréprochable. La jouabilité est très bonne, même s’il faudra prendre l’habitude de poser ses doigts les plus perpendiculaires à l’écran possible dans le jeu « Smart Fingers », sans quoi des points de contact supplémentaires pourraient être perçus par la tablette et ainsi fausser le résultat. Pour résumer, la réalisation est plutôt bonne dans l’ensemble, je vous propose de le constater dans la vidéo ci-dessous dans laquelle Charlie, 6 ans, découvre l’application :

Durée de vie

Pour inciter les enfants à jouer, les points gagnés durant les parties peuvent servir à acheter des morceaux de monstres qu’il sera ensuite possible d’assembler à la manière du célèbre jeu Monsieur Patate de Hasbro. La créature ainsi constituée peut être photographiée ou encore utilisée comme avatar dans le profil du joueur. L’idée est très bonne, mais il est dommage que le monstre fabriqué soit éphémère et qu’il ne soit pas possible de l’utiliser dans le reste de l’application. L’idée mériterait d’être un peu plus poussée.

Plus gênant : bien que les réglages permettent théoriquement de monter à 99 le maximum des nombres à identifier, ce paramètre ne touche en réalité que les jeux de type « Bubble Game ». La plupart des autres seront limités à 10, à l’exception des jeux de type « Monster » qui monteront jusqu’à 20. Dommage, car une fois l’enfant à l’aise avec les additions des nombres de 1 à 10, il ne reste plus grand-chose pour l’attirer. La durée de vie s’en trouve vite réduite, et il faut s’attendre à ce que les enfants ne l’utilisent que sur une courte période de temps.

Conclusion

Vous le saviez déjà, il est tout à fait possible de familiariser les enfants avec les rudiments des mathématiques de manière ludique. Cette application pousse plus loin l’aspect pédagogique et il faut reconnaitre qu’elle le fait avec brio. Il est en revanche dommage qu’elle se focalise sur une courte période de l’apprentissage de l’enfant qui sera vite passée. Elle constitue toutefois un support idéal pour accompagner ceux pour qui les opérations mathématiques de base sont difficiles à appréhender.

Tags : Scolaire

NOTRE VERDICT

AUTRES TESTS

Orthographe avec digiSchool

Orthographe avec digiSchool

VOIR LE TEST COMPLET