Sciences 6 > 9
Le corps humain par Tinybop

Le corps humain par Tinybop

Disponible sur iPad - iPhone

Difficile d’expliquer la machinerie du corps humain à un enfant sans s’accompagner d’illustrations tant elle est complexe. Tinybop, un nouveau venu dans le monde des éditeurs de logiciels éducatifs, l’a bien compris et propose avec leur toute première application de mettre à profit les possibilités offertes par les tablettes tactiles pour ajouter du dynamisme et de l’interactivité. Vous êtes prêts pour un petit cours d’anatomie ? Alors c’est parti !

Une application pour les enfants avec les parents

On constate dès le premier lancement de l’application l’importance de la présence d’un parent ou d’un accompagnateur qui devra créer son profil avant même la prise en main par l’enfant. Ce n’est qu’une fois les réglages initiaux effectués que la création d’un profil enfant devient possible. Chose assez peu courante, plusieurs parents peuvent être créés, chacun ayant la possibilité de suivre les enfants de son choix. Nous verrons plus tard ce que le suivi d’un enfant offre comme possibilités. Maintenant que les profils sont créés et opérationnels, découvrons tout d’abord la partie accessible aux enfants.

 

La silhouette d’un enfant conforme à l’avatar choisi lors de la création du profil apparait à l’écran. Sur la gauche, une colonne regroupe plusieurs boutons symbolisant différentes fonctions du corps telles que le système nerveux, respiratoire, circulatoire ou digestif, mais également les muscles et le squelette. En complément, un bouton permet d’accéder aux paramètres où il sera possible de changer la couleur dominante, couper ou activer le son, faire apparaitre ou disparaitre les zones de commentaires et afficher ou masquer les étiquettes.

Le fonctionnement est simple : chaque appui sur un bouton fait apparaitre ou disparaitre les éléments constitutifs du corps qui lui correspondent dans la silhouette. Par exemple, un appui sur le bouton du système circulatoire placera le cœur ainsi que les veines et artères qui rentrent en jeu. Plusieurs couches peuvent ainsi être activées, celles-ci venant alors se cumuler à celles déjà présentes. À noter que dans ce cas, plus aucune des fonctions interactives détaillées ci-après n’est disponible.

De succinctes explications

Plusieurs moyens sont mis à disposition du jeune explorateur pour tenter de comprendre le rôle de la fonction mise en évidence. Dans certains cas, le corps devient sensible au toucher. On pourra par exemple voir se propager l’influx nerveux lors d’un contact ou encore disloquer le squelette pour tenter de reconstituer le puzzle. Des jambes dans le coin inférieur droit simulent la marche et la course pour voir leur impact sur certains organes. Des objets peuvent également être proposés pour interagir avec le corps et voir les conséquences de leur contact ou de leur ingestion depuis l’intérieur du corps. On trouvera par exemple des aliments à glisser dans la bouche pour le système digestif, ou un moustique pour le système nerveux. La caméra et le micro intégrés seront même mis à profit pour démontrer le fonctionnement du globe oculaire ou de l’oreille.

Dans le coin supérieur droit de l’écran se trouve un bouton « + » qui mettra en évidence des zones qu’il sera possible de toucher pour rentrer plus en détail. Ces zones sont également accessibles depuis la colonne de gauche lorsqu’une seule couche est activée. Le procédé d’exploration reste identique avec dans certains cas en complément un curseur qui permet de faire une coupe de l’organe pour en découvrir l’intérieur. Il faudra essayer de toucher l’écran à différents endroits pour parfois découvrir de nouvelles formes d’interactivités, à l’image du cœur qui permettra de suivre le circuit d’un globule touché pour bien comprendre le fonctionnement de cette pompe.

Des étiquettes peuvent être activées à tout moment depuis les paramètres disponibles dans la colonne de gauche. Lorsque celles-ci sont affichées, il devient même possible de les détacher de l’image pour ensuite tenter de les replacer afin d’évaluer ses connaissances.

Une autre action disponible à tout moment qui justifie l’existence des profils parents se déclenche après un appui maintenu du doigt sur l’écran. Il devient alors possible de s’enregistrer pour laisser un message à l’attention des parents suiveurs. Lors du prochain lancement, un badge apparaitra sur l’icône de leur profil pour les informer du nombre de messages en attente. Ils pourront alors visualiser l’endroit où le message a été positionné, l’écouter et laisser une réponse. À son tour, l’enfant sera notifié du nombre de réponses disponibles qu’il pourra alors écouter.

Réalisation

De prime abord, l’environnement graphique est assez rudimentaire. En réalité, la modélisation des différentes parties du corps et des organes s’avère être fine et précise. Les animations sont très fluides et l’interface répond instantanément au toucher. L’environnement sonore se résume aux bruits des parties du corps affichées, que ce soit le battement du cœur ou les gargouillis de l’estomac pour n’en citer que deux. Des bruitages accompagnent également les objets proposés pour constater les réactions du corps. On peut donc dire de cette application qu’elle se focalise sur l’essentiel.

Mais tout n’est pas rose pour autant. En particulier du point de vue du mode d’emploi de l’application qui est aux abonnés absents ! Aucune aide n’est proposée à l’utilisateur qui devra tâtonner pour comprendre le fonctionnement de cette dernière qui, faut-il l’avouer, manque d’intuitivité. S’il est assez simple de comprendre comment naviguer dans les différentes couches du corps, le fonctionnement des étiquettes ainsi que celui des enregistrements de messages nécessitera des expérimentations pour bien se les approprier.

Intérêt et durée de vie

Si la réalisation est plutôt réussie, la méthode pédagogique mise en œuvre soulève quant à elle beaucoup d’interrogations. L’absence complète d’explications sur les phénomènes observables à l’écran laisse supposer que l’accompagnement par un adulte est nécessaire, l’application n’agissant alors que comme un support d’illustration. Mais alors, pourquoi avoir mis en place un système de communication asynchrone permettant à l’enfant et aux parents de s’enregistrer ? Il aurait été intéressant de permettre aux parents de s’enregistrer avant de confier l’application à leurs enfants, ce qui leur aurait permis de profiter d’explications fournies par ces derniers au cours de leur exploration. Pour un peu que les enregistrements puissent être partagés sur plusieurs tablettes, un enseignant aurait même pu s’en servir comme d’un parfait support de cours. Mais rien de tout cela n’est possible…

On peut donc imaginer deux usages principaux : support de cours avec accompagnement d’un parent ou d’un enseignant présent ou outil de révision pour l’élève qui pourra alors s’appuyer sur les étiquettes pour retrouver les noms à retenir. Dans les deux cas, le système d’enregistrement ne s’avère que d’un intérêt très limité, mais la richesse du contenu et la forme ludique en font un support très agréable à utiliser.

Conclusion

L’application de Tinybop pourrait presque se substituer à un livre de biologie pour les sujets portant sur l’anatomie humaine si les superbes illustrations, animations et expériences interactives étaient accompagnées d’explications. En leur absence, son usage en autonomie se limitera à des révisions alors que l’apprentissage ne pourra se faire qu’en présence d’une personne connaissant déjà le sujet. Il s’agit par conséquent d’une application qui vaut le coup d’œil si l’on est enseignant ou parent prêt à passer du temps avec son enfant.

Version testée : 1.01 sur iPad avec écran Retina

Tags : Scolaire

NOTRE VERDICT

AUTRES TESTS

Orthographe avec digiSchool

Orthographe avec digiSchool

VOIR LE TEST COMPLET