Culture générale 3 > 6
LeapPad de LeapFrog

LeapPad de LeapFrog

Disponible sur LeapPad

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que le marché des tablettes pour enfant est en plein essor. LeapFrog, qui était déjà présent sur les consoles éducatives, a décidé d’embrasser le mouvement avec le LeapPad Explorer. Voici un tour d’horizon de l’engin.

Un peu d’histoire

La série LeapPad débute en 1999 lorsque LeapFrog décide de mettre sur le marché un système interactif alors composé d’un support sur lequel repose un livre avec spirale. Un stylet permettait alors par pression sur le livre de déclencher des actions et répondre à des questions posées.

Très rapidement la gamme s’étoffe avec l’arrivée d’un modèle comportant un microphone, ainsi que d’un à destination des plus petits appelé « Mon Premier LeapPad », toujours sur le même principe mais avec des livres plus petits et une prise en main adaptée aux petites menottes.

Le LeapPad Explorer représente le dernier sorti de la gamme, disponible depuis mi-2011 aux Etats-Unis, un an plus tard chez nous. Sur cette mouture, le livre papier a été remplacé par un écran tactile, permettant ainsi l’apparition de jeux en plus des livres interactifs. Une version 2 est déjà disponible outre-Atlantique et devrait certainement faire son apparition dans le courant de l’année sur le marché français.

Une version portable sur laquelle bon nombre de jeux disponibles pour le LeapPad Explorer peuvent être utilisés existe sous le nom de Leapster Explorer. Notre test d’aujourd’hui concerne le modèle LeapPad Explorer premier du nom dans son édition française. Passons maintenant au vif du sujet.

Caractéristiques

Le LeapPad Explorer affiche un format assez compact avec des dimensions en centimètres d’environ 17,7 x 13,1 x 2,0 sans compter le bouton directionnel qui dépasse d’environ 3 mm de l’ensemble. La coque est en plastique rigide. Le poids une fois les piles installées, puisque c’est ainsi que vous allez certainement l’utiliser, est de 407 g. L’écran mesure 5″, ce qui représente une diagonale de 13 cm.

Pour interagir avec l’écran tactile, il est bien entendu possible d’utiliser ses doigts mais la présence d’un stylet fourni avec l’appareil permet d’obtenir une bien meilleure précision. Ce dernier est lié à la tablette par une ficelle et se range facilement dans un emplacement aimanté qui lui est dédié sur la tranche droite.

Tous les boutons permettant de piloter l’appareil sont en façade : un pour l’allumer ou l’éteindre, deux pour contrôler le volume, un qui permet de revenir à l’écran d’accueil et une molette directionnelle. Si tous sont en plastique, ils sont légèrement en retrait à l’intérieur de la coque pour rendre l’ensemble plus robuste et prévenir les appuis intempestifs, à l’exception de la molette directionnelle. En façade se situe également l’unique haut-parleur.

Les connectiques disponibles sont au nombre de 4 : une pour brancher un adaptateur secteur en option, une pour le casque, un port cartouche et un port USB pour raccorder le LeapPad à un ordinateur. On trouve également un petit trou dans lequel se cache le micro sur la tranche gauche de l’appareil.

  

Sur l’arrière on distingue l’appareil photo et le logement des piles. Car vous l’aurez compris, les piles constituent la principale source d’alimentation. Elles sont au nombre de 4, modèle AA (LR6). S’il est possible de brancher sa tablette sur le secteur une fois l’adaptateur adéquat acheté, il n’est pas envisageable de recharger des batteries par ce biais.

Les trappes qui donnent l’accès aux piles sont très faciles à ouvrir et ne nécessitent aucun ustensile particulier à l’exception du stylet inclus. C’est un avantage si l’on considère que l’enfant ne s’amusera pas à retirer les piles pour en faire mauvais usage. Le retrait des deux piles rentrant en partie dans l’appareil est une opération délicate qui requiert un peu de doigté et de la patience pour éviter de tout casser.

Pour en terminer avec les caractéristiques techniques, on peut simplement dire que le LeapPad Explorer intègre 2 Go de stockage qui serviront pour l’installation d’applications, les photos, les vidéos et les musiques. Une capacité qui sera suffisante dans la plupart des cas, puisque les jeux plus complets sont disponibles sous forme de cartouches qui n’utilisent donc pas le stockage de l’appareil. Je pourrais vous parler de résolution d’écran et de puissance CPU, mais je pense que partager avec vous mon ressenti à l’usage sera plus parlant que de simples chiffres.

Prise en main

La préhension du LeapPad est bonne, et l’ensemble bien qu’en plastique donne une impression de robustesse. La finition laisse toutefois à désirer : sur notre modèle, il y a un jour entre le dos et le retour de la façade avant dans les angles inférieurs, la peinture verte bave allégrement sur le plastique blanc par endroit et la couleur des boutons commence déjà à s’en aller. Attention également car si la résistance aux chocs s’annonce bonne par LeapFrog (j’avoue ne pas avoir réalisé de crash test), des rayures apparaissent très vite et sont particulièrement visibles sur la partie noire bordant l’écran. La taille de ce dernier est correcte, on regrette simplement qu’il utilise pour détecter les appuis une technologie dite résistive dont le confort d’utilisation est nettement inférieure à la capacitive maintenant largement répandue dans les smartphones et tablettes. Il n’est pas non plus possible de modifier la luminosité, ce qui pose plus de problème dans les environnements sombres que fortement lumineux, le réglage d’usine étant assez puissant.

La qualité sonore produite par le petit haut-parleur intégré est satisfaisante, les voix sont très compréhensibles. Avec des casques, les musiques prennent plus de relief, le son étant alors en stéréo.

Le point qui pêche finalement le plus concerne l’autonomie car les piles sont vidées en l’espace de quelques petites heures d’utilisation. Je vous recommande fortement d’investir dans des piles rechargeables et un chargeur à charge rapide si vous n’êtes pas encore équipé, sans quoi les piles jetables défilent vite… Et comme mettre un fil à la patte d’une tablette pour la relier au courant n’a pas vraiment de sens, l’adaptateur secteur a un intérêt limité.

Un élément intéressant dans une famille est que plusieurs profils peuvent être créés. Ainsi, l’avancement dans chacun des jeux et les paramètres de personnalisation sont spécifiques à chaque joueur. En revanche, les autres données à savoir les photos, les vidéos et la musique sont communs à tous les utilisateurs.

Les applications intégrées

Dès sa sortie du carton, le LeapPad Explorer comporte 6 applications qui vont permettre à l’enfant de commencer à utiliser sa tablette. Passons-les rapidement en revue.

L’abri des amis : chaque joueur dispose d’un compagnon animal qu’il lui est possible de personnaliser en modifiant son apparence. Il faudra prendre soin de son compagnon pour le garder en bonne santé. Quatre mini-jeux sont également proposés. Les trois premiers n’ont qu’un objectif ludique et permettront de laver, nourrir et divertir son ami aimal. Le quatrième en revanche consiste à dessiner les lettres de l’alphabet en suivant le modèle donné et en joignant les points. Le positionnement du stylet est très fiable, la fluidité n’est en revanche pas au rendez-vous. Mais pour un enfant en apprentissage de l’écriture dont les mouvements sont encore assez lent, ce n’est pas préjudiciable.

Photos : comme son nom l’indique, permet d’utiliser l’appareil photo intégré pour prendre des photos, mais aussi des vidéos. Les images obtenues sont de très mauvaises qualité, avec une résolution très basse et des couleurs complètement dénaturées. Les vidéos sont fluides mais bénéficient malheureusement des mêmes inconvénients que les photos. Les créateurs ont toutefois pensé à la possibilité de se prendre soi-même en photo, grâce à l’utilisation d’un mode retardateur qui laisse le temps de retourner l’appareil. Seulement comme rien ne permet de faciliter le cadrage, ces dernières sont souvent ratées.

Créations : permet simplement de retrouver dans un lieu unique tout le contenu créé avec le LeapPad : photos, vidéos, œuvres d’art et histoires.

Mes livres : il s’agit d’une bibliothèque virtuelle dans laquelle viendront se loger tous les e-livres qui auront été achetés sur la plateforme de téléchargement LeapFrog.

Art : c’est ici que vos bouts de chou pourront libérer leur créativité en réalisant des dessins ou en personnalisant leurs photos. Rien de bien exceptionnel.

Histoires : permet de se créer un livre personnel dans lequel il sera possible d’insérer dans des modèles prédéfinis de page des photos et des dessins de son choix pour raconter sa vie, ses envies, ses proches, etc.

Même si ces applications permettent de s’occuper un peu avec le LeapPad, elles ne sont en aucun cas représentatives des jeux qu’on pourra trouver sur cette plateforme. Il est dommage qu’au moins un jeu ne soit pas inclus, même si un code est fourni pour vous permettre d’aller en télécharger un gratuitement dans l’App Center de LeapFrog. L’accès à un ordinateur connecté à internet sur lequel installer le logiciel de gestion du LeapPad n’est pas toujours possible lorsqu’un cadeau est déballé…

Les jeux et contenus additionnels

L’objectif ici n’est pas de vous proposer une liste de la logithèque disponible pour le LeapPad Explorer, mais plutôt de vous présenter les deux méthodes pour se procurer des jeux. La première consiste à vous rendre dans votre magasin de jouet le plus proche pour acheter une cartouche qui peut être soit un jeu, soit un « Ultra e-Livre ». Pour vous donner une idée de ce à quoi ressemble un « Ultra e-Livre », je vous invite à consulter le test de Cendrillon sur nos pages.

La seconde méthode consiste à télécharger l’application sur l’App Center de LeapFrog. Pour cela, vous devrez installer sur votre ordinateur préféré le logiciel LeapFrog Connect qui permet de gérer tous les jouets de la marque nécessitant l’installation de contenu. J’espère que vous possédez une machine sous Windows, car pour une raison encore inexpliquée à ce jour, le logiciel en question n’est pas disponible pour Mac… en France ! N’utilisez pas non plus un Netbook dont la résolution d’écran interdit le lancement de l’application. Ces désagréments mis de côté, vous pourrez vous rendre dans le catalogue et contempler la centaine d’applications, livres, vidéos et musiques qui s’y trouvent. Si vous n’avez pas au préalable acheté de carte de téléchargement dans une boutique de jouets, consulter sera d’ailleurs la seule chose que vous pourrez faire. Cette limitation, même si elle permet de favoriser le réseau de distributeur, est particulièrement contraignante et freinera plus d’une personne pour l’achat de contenus additionnels.

Un jeu cartouche vous coûtera environ 25 €, alors qu’un contenu de l’App Center nécessitera 1 ou 2 cartes de téléchargement, autrement dit vous coûtera entre 5 et 10 €. Vous pouvez vous faire une idée de la logithèque disponible en consultant le catalogue des jeux cartouches et des jeux téléchargeables sur le site de LeapFrog. Attention lorsque vous choisirez une application de l’App Center : bon nombre d’entre elles sont en anglais…

Pour les parents

Un mode parent, accessible par une combinaison de touches suffisamment peu intuitive pour que les enfants puissent la trouver seuls, permet d’accéder à la configuration de l’appareil et des profils. Rien ne permet en revanche de limiter le temps d’utilisation ou consulter des statistiques d’utilisation par les enfants.

Verdict

Pour résumer, voici les points forts et les points faibles du LeapPad Explorer :

Avantages Inconvénients
+ Format compact - Privilégie le marché américain
+ Accroche du stylet limite les pertes - Pas compatible Mac en France
+ Richesse du catalogue de contenus   - Facilement rayé
+ Bonne qualité sonore - Ecran « bon marché »
- Pas possible de régler la luminosité
- Résolution de l’appareil photo trop basse
- Autonomie réduite et pas de batterie
- Nécessité d’acheter des codes de téléchargement physiques
- Finition laisse à désirer

Pour conclure, on pourra dire que l’offre logicielle est intéressante mais que le matériel n’est pas à la hauteur. On ne peut donc pas dire que le rapport qualité/prix soit au rendez-vous, surtout au tarif actuel puisqu’il vous en coutera environ 100 € dans les magasins les plus courants pour vous la procurer. Espérons que ces défauts ont été corrigés dans la seconde version déjà disponible aux Etats-Unis.

Liens utiles : Site de LeapFrog

Tags : LeapFrog

NOTRE VERDICT

AUTRES TESTS

Orthographe avec digiSchool

Orthographe avec digiSchool

VOIR LE TEST COMPLET