Lecture 6 > 9
Mémo-Rébus

Mémo-Rébus

Disponible sur iPad - iPhone

Les jeux en boîte constituent parfois d’excellents supports d’inspiration pour les créateurs de logiciels ludo-éducatifs. Résultant d’un partenariat entre le maintenant célèbre éditeur Chocolapps et la non moins célèbre chaîne de magasins et marque de jouets Oxybul, l’application Mémo-Rebus n’est en réalité que l’adaptation numérique du jeu « Mon premier mémo rébus » que vous trouverez dans les rayons desdits magasins. Est-ce que cette adaptation est fidèle à son modèle ? Qu’apporte-t-elle de plus ? Nous allons tenter de répondre à ces questions et bien d’autres.

Une application, trois jeux

L’objectif annoncé par les créateurs de ce jeu consiste à aider votre enfant à apprendre comment fabriquer des mots à partir de syllabes qui sont elles-mêmes des mots à part entière. Vous aurez dès lors certainement saisi l’allusion avec les rébus. Il ne s’agit donc pas ici d’apprendre à lire ou à écrire les mots puisqu’ils seront présentés uniquement sous forme d’images, mais simplement de se familiariser avec le concept de syllabe tout en s’amusant à essayer de fabriquer des mots en en combinant d’autres.

On trouve deux types de cartes dans ce jeu : les cartes-syllabes et les cartes-mots. Tout comme son homologue tangible, Mémo-Rébus propose trois modes de jeu avec une montée de niveau progressive. Dans le premier, intitulé « Syllabus », il faut retrouver les deux cartes-syllabes qui s’assemblent pour former le mot représenté sur la carte-mot affichée. Pour cela, il suffit de faire glisser les deux cartes-syllabes choisies parmi toutes celles affichées à l’écran à l’emplacement indiqué. En mode multijoueurs, chaque association réussie rapporte un point au joueur actif, sachant qu’il perd la main en cas d’erreur ou s’il met plus de 30 secondes à répondre. Un joueur seul devra quant à lui essayer de trouver le plus de mots possible en 5 minutes.

Le jeu « Rébus » consiste cette fois-ci à essayer de fabriquer le plus de mots possible en combinant deux cartes-syllabes entre elles. Les joueurs sont totalement libres, sachant que chaque mot à trouver ne peut être proposé qu’une seule fois. Le comptage des points et le déroulement de la partie fonctionnent à l’identique de « Syllabus », à l’exception du temps alloué au joueur seul qui se voit octroyer 8 minutes au lieu de 5.

Enfin, le « Mémo-Rébus » reprend exactement la même base que le jeu précédent en mettant cette fois-ci la mémoire à rude épreuve puisque les cartes-syllabes sont disposées face cachée. Sachant que contrairement au mémo classique, une carte-syllabe peut être réutilisée plusieurs fois pour fabriquer plusieurs mots, comme « chat » associé à « lait » qui donnera « chalet » alors qu’avec « pot » il constituera « chapeau » et qu’avec « rue » il deviendra « charrue ». La difficulté est donc largement supérieure, car non seulement le nombre de cartes à mémoriser ne se réduit pas de manière linéaire au fur et à mesure des paires constituées, mais en plus l’exercice intellectuel est double avec à la fois la mémorisation et l’assemblage des mots. Celle-ci aura tendance à se réduire au bout de quelques parties une fois les combinaisons bien connues.

Vous l’aurez compris, Mémo-Rébus propose de jouer seul ou à plusieurs. Il est possible de mettre autour de la tablette jusqu’à quatre joueurs qui joueront à tour de rôle, chacun disposant de son profil avec son nom et un avatar qu’il aura choisi. Les profils sont mémorisés, bien que le score associé à chaque joueur ne le soit pas. Un joueur éphémère pourra rapidement être supprimé à l’aide de la croix présente sur son avatar sur l’écran de choix des joueurs.

Réalisation

Cette application est très fidèle à sa version disponible en magasin et l’on prend plaisir à retrouver un style graphique agréable à l’œil. La prise en main est immédiate et est assez intuitive pour ne pas avoir à recourir à l’aide fournie. La version électronique procure plusieurs avantages avec d’une part le compte à rebours intégré qui s’adapte en fonction du jeu et du nombre de joueurs, mais également et surtout grâce à une aide vocale précieuse qui permet d’entendre le mot représenté sur chaque carte-syllabe. Il est bien dommage que les cartes-mots ne bénéficient pas du même traitement dans le jeu « Syllabus »…

Malheureusement, cette application hérite aussi des faiblesses du jeu en boîte. Certains dessins ne sont pas assez explicites, à l’image de « pot » qui est représenté par un pot de fleurs d’où dépasse une pousse et que notre PetitGeek testeur voyait plutôt comme… une plante. Ou bien le mot « dos » représenté par une flèche pointant sur ce que l’enfant voit comme un tee-shirt. Pas facile non plus de reconnaitre un lionceau de la façon dont il est représenté. Certains mots à trouver sont même assez étonnants, à l’image de Papous que les enfants du niveau ciblé par le jeu auront bien du mal à identifier !

Intérêt et durée de vie

Si la première partie peut s’avérer un peu compliquée le temps de bien comprendre ce que les cartes représentent, les suivantes s’avèrent beaucoup plus aisées. Toutefois, une fois les 22 mots trouvés, le jeu perd vite de son intérêt. De nombreux autres mots peuvent être constitués pour des enfants dont le vocabulaire évolue, mais il n’existe malheureusement aucun mode de jeu permettant de jouer avec. De plus, il manque une fonctionnalité indispensable pour le joueur unique : le meilleur score n’est pas mémorisé, ce qui n’incite pas à améliorer sa performance…

Il faut en revanche noter que si la version numérique subit les limites des règles de la version boîte, le confort de jeu est indéniable, ne serait-ce qu’en raison du fait qu’il ne soit pas nécessaire de passer du temps à disposer toutes les cartes à chaque partie ! Sans compter qu’il devient possible de jouer n’importe où. Malgré cela, nous avons pu constater que les enfants n’ont pas tendance à revenir jouer d’eux-mêmes et qu’ils semblent se lasser assez rapidement. Nous avons pu entendre des retours équivalents de parents propriétaires de la version boîte.

Conclusion

L’adaptation numérique de ce jeu est particulièrement bien réussie du point de vue graphique et de la jouabilité. Certains ajouts devenus possibles grâce à l’utilisation d’un appareil électronique ont fait leur apparition et sont par ailleurs les bienvenus. Ceux-ci auraient pu être encore mieux exploités pour en allonger la durée de vie qui s’avère en fin de compte assez limitée. Les personnes qui disposent de la version boîte n’ont aucun intérêt à acheter cette version, si ce n’est pour le côté tout-terrain qui permet à l’enfant de jouer sans disposer d’une surface plane pour disposer ses cartes. Les autres pourront tenter l’expérience tout en sachant que l’expérience de jeu est bien meilleure à plusieurs que seul.

Version testée : 1.1 sur iPad avec écran Retina

NOTRE VERDICT

AUTRES TESTS

Orthographe avec digiSchool

Orthographe avec digiSchool

VOIR LE TEST COMPLET