Culture générale 6 > 9
SchoolKit Mobile

SchoolKit Mobile

Disponible sur iPad

On parle de plus en plus du cartable numérique qui a pour but de réduire l’impact du poids des manuels scolaires sur le dos de nos enfants. Et si l’on allait encore plus loin en cherchant un moyen de remplacer aussi les cahiers pour tout mettre dans une tablette ? C’est le pari de Chromosome-6 avec cette application qui se veut être un compagnon indispensable de l’élève. Est-ce que SchoolKit Mobile arrivera à le relever ? C’est ce que nous allons voir au cours de ce test qui sort un peu de notre cadre ludo-éducatif habituel.

Des cours et des devoirs

SchoolKit Mobile s’appuie sur trois notions pour gérer le quotidien d’un élève : les cours, les tâches et les notes. Leur nom est suffisamment explicite pour comprendre ce à quoi chacune va servir, mais rentrons un peu plus dans le détail de leur fonctionnement. À commencer par le cours, qui est défini par un nom et un professeur. Au premier lancement de l’application, la liste des cours est vide et il faudra donc commencer par créer ceux qui nous intéressent. Cette opération peut être réalisée soit depuis le menu « Cours » accessible depuis la page d’accueil, soit au cours de la création d’une tâche ou d’une note. La liste des cours pourra ensuite être utilisée pour filtrer le contenu affiché à l’écran, le nom du cours sélectionné s’affichant alors dans la ligne de titre.

Les tâches peuvent représenter aussi bien des devoirs à réaliser à la maison que des exercices à faire en classe. Après avoir donné un titre, associé un cours et fixé une échéance, l’élève pourra enregistrer l’énoncé à l’aide de l’éditeur intégré. Le travail réalisé sur cette tâche pourra lui aussi être renseigné de la même manière. L’éditeur permet de formater le texte entré par le biais du clavier de la tablette avec les fonctions basiques d’un éditeur de texte : choix de la police de caractère, de sa taille, possibilité de mettre en gras, italique, souligné ou en surbrillance, mais aussi gestion des listes à puces ou numérotées ainsi que l’alignement et le décalage de paragraphe. Pour compléter le tableau, des images peuvent être insérées depuis l’appareil photo intégré ou depuis la librairie. Enfin, des liens peuvent également être ajoutés au texte pour pointer vers une URL. Énoncés et travaux pourront ensuite être individuellement imprimés ou convertis au format PDF pour être envoyés par courriel sans jamais quitter l’application. Il est en revanche dommage qu’il ne soit pas possible de lier notes et tâches entre elles afin de faciliter la navigation. Lorsqu’une tâche est complétée, il suffira de la marquer comme tel pour la faire apparaitre grisée et en queue de liste sur l’écran principal.

Les notes fonctionnent de manière très proche, mais plus simple puisqu’elles ne nécessitent en plus de leur contenu propre, renseigné toujours à l’aide du même éditeur de texte, qu’un titre et un cours. Une date de création est automatiquement renseignée et n’est pas modifiable. Pour accélérer la création d’une note basée sur une photo, une icône permettant d’accéder directement à l’appareil photo intégré à la tablette est disponible depuis l’écran principal. La note résultante peut ensuite être éditée pour compléter les informations manquantes. Il n’a pas été prévu de mécanisme qui permettrait d’enregistrer le son, à la manière d’un dictaphone, ce qui est bien dommage, car cette fonction s’avère utilisée par quelques étudiants qui apprécient de pouvoir retrouver l’enregistrement du cours a posteriori. L’insertion d’une vidéo, certainement moins usitée, mais qui trouve son sens dans certains cas, n’est également pas permise. Le contenu d’une note peut être imprimé ou exporté au format PDF au même titre que les énoncés et travaux issus des tâches.

Tâches et notes peuvent être partagées avec d’autres utilisateurs de l’application SchoolKit Mobile par génération d’un fichier codé dans un format propriétaire à envoyer par mail. Cette opération permet à des élèves de s’échanger des contenus entre eux, mais aussi et surtout aux enseignants d’envoyer directement à leurs élèves leurs notes de cours ou les devoirs à réaliser. Il ne restera plus à ces derniers qu’à envoyer le résultat de leur travail au format PDF par courriel à leur professeur. Attention à l’association avec le cours correspondant qui est perdue au moment de l’importation sauf si le destinataire a utilisé exactement le même nom de cours dans son application. Voilà qui pourrait justifier de mettre à disposition un catalogue de matières prérenseignées que l’élève n’aurait plus qu’à sélectionner afin de disposer d’une nomenclature commune, tout en laissant bien entendu la possibilité de créer son cours personnalisé.

Une fonction de recherche très utile permet depuis l’écran principal de lister les notes et tâches contenant un mot à tout dans l’intégralité de leur contenu. Pratique par exemple lorsqu’il faut retrouver une note de cours ou un exercice précédemment réalisé sur un thème particulier !

Réalisation

L’interface de SchoolKit Mobile est extrêmement simple et intuitive. Si l’on n’attend pas d’une application de ce genre à trouver des graphismes très élaborés, l’aspect fonctionnel est primordial. C’est à ce point de vue que l’on peut suggérer plusieurs axes d’amélioration. À commencer par le système d’organisation des notes et des tâches qui se retrouvent toutes au même niveau avec le système de filtrage par cours pour seule possibilité d’éclaircir l’affichage. Il aurait été intéressant de pouvoir créer des regroupements pour, par exemple, pouvoir retrouver toutes les notes traitant d’un même sujet. La navigation aurait pu alors se faire par le biais d’une d’arborescence avec la possibilité de déplier ou replier des sections entières et ainsi limiter le nombre d’éléments affichés simultanément à l’écran.

L’éditeur de texte est également largement perfectible. En plus de limiter les médias aux seules photos, il est impossible d’utiliser le doigt ou un stylet pour dessiner un schéma ou insérer des formules mathématiques. Limiter l’insertion de contenu à la seule saisie clavier semble assez étonnant quand on sait à quel point les tracés sont nombreux dans des notes de cours, et ce dans toutes les matières. L’ajout de cette fonctionnalité semble indispensable pour répondre aux besoins des élèves et étudiants.

Intérêt et durée de vie

L’intérêt de cette application est évident quand on connait le nombre de cahiers qu’un élève peut être amené à transporter tous les jours. Mais elle ne prend tout son sens que si les enseignants l’utilisent également. Une application de ce type devrait en effet être considérée comme une fourniture scolaire, au même titre qu’un cahier l’est actuellement. Même si un élève isolé trouvera un intérêt à son usage, le fait de devoir ressaisir les énoncés des devoirs s’il s’agit de documents fournis par l’enseignant deviendra rapidement une contrainte. La durée de vie a quant à elle pour seule limite le nombre d’années passées en cours. À noter qu’une fonction qui permettrait à la fin de l’année scolaire d’archiver l’ensemble des notes et tâches serait intéressante afin de pouvoir les reprendre plus tard tout en repartant dans une application vierge de contenus pour une nouvelle année.

Un gros point de vigilance concerne la sauvegarde de l’appareil, car aucun dispositif de stockage à l’extérieur de la tablette des données – par exemple dans le nuage, pratique assez courante aujourd’hui – n’a été prévu. Autrement dit, un élève qui n’a plus accès à sa tablette pour une raison ou pour une autre perd purement et simplement ses contenus. Ce qui semble difficilement acceptable.

Conclusion

SchoolKit Mobile s’avère être un outil de gestion de notes et tâches spécialisé pour l’environnement scolaire. Si l’idée est bonne, son usage prend tout son sens dans une classe où tous les élèves sont équipés, mais surtout où les enseignants le sont également. Ce qui n’est pas une mince affaire à ce jour. De plus, l’application souffre de manques importants qui la rendent difficilement utilisable au quotidien tels que l’impossibilité de tracer des notes au doigt ou au stylet, ou encore de stocker et accéder aux données à l’extérieur de la tablette pour prévenir d’une indisponibilité de cette dernière. En attendant que ces sujets soient trouvent une réponse, Chomosome-6 aura sans doute du mal à convaincre…

Version testée : 1.01 sur iPad avec écran Retina

Tags : Scolaire

NOTRE VERDICT

AUTRES TESTS

Orthographe avec digiSchool

Orthographe avec digiSchool

VOIR LE TEST COMPLET