Culture générale 3 > 6
Tablette SlidePad Kids de Memup

Tablette SlidePad Kids de Memup

Disponible sur Android

Alors que les tablettes tactiles destinées aux enfants sont de plus en plus nombreuses dans les magasins, le fabricant français Memup décide d’aller encore plus loin en s’associant avec The Great Factory, éditeur (français lui aussi) du logiciel Potati qui rend internet accessible aux enfants de 3 à 12 ans, tout en garantissant leur sécurité. Ajoutez à cela une coque de protection en mousse renforcée et vous avez un produit complet prêt à mettre dans toutes les petites mains. Mais cela fait-il de la SlidePad Kids une tablette adaptée pour vos enfants ? Nous allons tenter de donner réponse à cette question dans ce test complet, accompagné d’une vidéo détaillée du fonctionnement de la tablette que vous pouvez retrouver à tout moment en bas de cet article.

Du côté matériel

Memup est une société qui s’est installée en France en 1991 pour proposer des solutions de stockage à destination des professionnels d’abord, puis des particuliers quelques années plus tard. Très rapidement, des produits orientés loisirs tels que des lecteurs vidéo portables, des baladeurs MP3 et des disques durs multimédia estampillés Memup ont vu le jour. C’est tout récemment en 2011 que nait la gamme SlidePad, une série de tablettes tactiles sous Android proposées dans différents formats d’écran. Et c’est en juillet 2013 que la SlidePad Kids voit le jour en proposant un package complet à destination des enfants. Voyons ce qu’il contient en détail.

À commencer par une tablette 7″ équipée du système d’exploitation Android 4.1. La configuration matérielle est modeste avec un processeur Cortex A8 optimisé pour la consommation d’énergie et pouvant monter jusqu’à une fréquence de 1 GHz, 512 Mo de RAM, un stockage intégré de 4 Go et un écran tactile multipoint capacitif TFT au format 16/9 affichant une résolution de 800 x 480 assez répandue pour cette taille d’écran. Les dimensions sont étonnantes avec une épaisseur de seulement 9 mm (1,5 mm de moins qu’une Galaxy Tab 2 7.0 !) pour une longueur de 190,5 mm et une largeur de 115 mm. Ce qui en fait une des tablettes les plus compactes pour sa catégorie ! Quant au poids, celui affiché par Memup est de 330 g pour la tablette seule alors que notre propre mesure affiche 290 g. Cette différence ne s’explique pas vraiment, d’autant plus que la pesée d’autres appareils testés s’est toujours avérée conforme à quelques grammes prêts avec les spécifications des constructeurs. Mais plus important que des chiffres est la prise en main qui s’avère excellente, et la finition soignée avec des matériaux qui inspirent la robustesse tels que la coque arrière en métal.

L’écran s’avère en revanche plus décevant. D’une part en raison de la couche capacitive dont les capteurs sont très visibles. Écran éteint, on aperçoit très clairement la matrice qui servira à mesurer les variations de charge et ainsi détecter la position des doigts. Écran allumé, celle-ci reste facilement perceptible dès l’angle de vision décalé de quelques degrés. La caméra intégrée nous a également déçus, avec un capteur affichant un petit 0,3 mégapixel. Il est par ailleurs dommage que la tablette ne comporte qu’une seule caméra en façade, certaines applications de réalité augmentée ou la simple prise de photos privilégiant une caméra au dos.

La connectivité au réseau s’effectue par le biais du WiFi intégré compatible avec les normes 802.11 b/g/n. Le côté droit de l’appareil regroupe tous les boutons et ports. On trouve ainsi le bouton d’allumage/mise en veille/extinction et celui de réglage du volume, aux cotés d’une prise jack 3,5 mm pour brancher un casque, un port micro USB pour raccorder la tablette à un ordinateur, la prise d’alimentation externe et un lecteur de cartes mémoire microSD qui permettra d’étendre la capacité de stockage jusqu’à 64 Go supplémentaires. Ce qui n’est pas du luxe sachant que les 4 Go disponibles en interne se retrouvent limités à 1,15 Go effectivement disponibles une fois déduit l’espace utilisé par le système. Un haut-parleur de piètre qualité se trouve placé sur la face arrière de l’appareil, ce qui n’est pas sans poser problème lorsque la tablette est directement posée sur une table. On trouve également sur cette même face un bouton permettant de réinitialiser la tablette à l’aide d’un trombone ou tout autre ustensile suffisamment fin.

Du côté des accessoires, la tablette est fournie avec une housse de protection en mousse qui n’est pas sans rappeler une certaine iGuy proposée par Speck. L’épaisseur de la mousse est telle qu’il faudrait plus qu’une chute pour abîmer la tablette. Sa forme sympathique lui donne l’aspect d’un bonhomme avec ses deux bras sur les côtés qui permettent à de petites mains de transporter sans mal la tablette. Les deux pieds proposent un support stable en position verticale et une fois couchée à l’horizontale, il suffira de la tourner pour qu’ils servent à surélever légèrement la tablette en direction de son utilisateur. Deux espaces sont découpés dans la housse pour laisser apparaitre le haut-parleur à l’arrière et les boutons et ports sur le côté. En revanche, la caméra frontale ne dispose pas de découpe particulière et de ce fait se trouve en partie occultée par la housse. Un défaut de conception qui nécessite de repousser légèrement cette dernière lors de la prise d’une photo pour éviter l’apparition d’une masse verte dans un coin. Les dimensions changent radicalement une fois la tablette protégée avec une profondeur de 45 mm au plus épais, une longueur de 297 mm et une largeur de 197 mm. Le poids total une fois la tablette dans sa housse est d’environ 480 g.

On retrouve également dans le carton le chargeur secteur, un câble USB mâle pour raccorder la tablette à un ordinateur, un câble USB femelle pour permettre la connexion d’autres appareils à la tablette, une paire d’oreillettes et un chiffon pour nettoyer la vitre de l’écran. Enfin, l’autonomie affichée par le constructeur est de 4 heures en vidéo ou en navigation internet. Nous avons pu constater une autonomie d’environ 3 heures sur une utilisation mixant navigation internet et jeux Android avec une luminosité réglée à 50 %. Un résultat décevant dans l’absolu, mais qui correspond plutôt bien à un usage ponctuel et limité dans la durée, d’autant que l’autonomie en veille lui permet de tenir plusieurs jours.

Si certains aspects des spécifications techniques peuvent paraitre en retrait par rapport à la moyenne du marché actuel des tablettes de ce format, ils peuvent s’avérer tout à fait suffisants en fonction de l’usage qui en est fait. Par ailleurs, les jeunes enfants accordent beaucoup plus d’importance aux contenus qu’aux performances brutes. Intéressons-nous maintenant à l’offre logicielle.

Du côté logiciel : pour les enfants

Une autre particularité de cette tablette qui la rend adaptée à l’usage par de jeunes enfants est l’intégration du logiciel Potati. Il s’agit d’un navigateur Web dédié aux enfants de 3 à 12 ans, disponible sur PC, Mac, iPad et tablettes Android. Sa particularité est de proposer une sélection de sites et de contenus en provenance d’internet sélectionnés par l’éditeur et catégorisés en fonction de leur usage et de l’âge approprié. La configuration s’effectue au travers d’une interface dédiée aux parents qui pourront à loisir ajouter des restrictions ou au contraire ajouter des sites supplémentaires. Chaque enfant dispose d’un profil qui lui est propre et dont les contenus proposés sont automatiquement filtrés en fonction de son âge. Je vous propose de visualiser une vidéo détaillée de l’utilisation de la SlidePad Kids avec et sans Potati :

Pour rassurer les parents, seules les adresses internet sélectionnées par Potati ou ajoutées manuellement par leur soin sont accessibles aux enfants. Tout accès à une autre adresse nécessitera l’accord exprès d’un parent. Les contenus proposés sont mis à jour très régulièrement et permettront à l’enfant de consulter des vidéos, de se divertir avec des jeux ou des activités, d’approfondir ses connaissances, de s’informer, d’écouter de la musique et bien d’autres choses encore avec la garantie que tout ce à quoi ils ont accès est adapté pour leur âge.

L’espace parent permet de définir les règles d’usage du navigateur : plages horaires d’utilisation, limitation de durée, blocage de contenus proposés par Potati, ajout de sites internet, mais aussi accès à des statistiques d’utilisation enfant par enfant qui permettent d’avoir de la visibilité sur leur historique d’utilisation de la plateforme ainsi que sur leurs centres d’intérêt majeurs. L’accès à cet espace requiert la saisie du mot de passe assigné au compte parent, tout comme la sortie du navigateur de sorte à maintenir l’enfant dans le logiciel. Cette sécurité reste débrayable dans les paramètres de l’espace parent pour ceux qui souhaitent donner plus de liberté à leurs enfants.

Mais la version de Potati intégrée dans la SlidePad Kids va plus loin que celle disponible au téléchargement. Elle va jusqu’à remplacer le lanceur d’application d’Android pour permettre à chaque enfant de disposer de sa propre liste d’applications sélectionnées par ses parents. L’interface de gestion s’enrichit à cet effet d’options qui permettront de sélectionner individuellement les applications installées sur la tablette pour les rendre disponibles aux enfants de son choix. Tout comme le navigateur, il sera possible de définir des plages et une durée d’utilisation de la tablette elle-même afin de restreindre également l’usage des applications. Cette couche logicielle empêche l’utilisation des boutons intégrés en standard au système Android et qui permettraient de potentiellement sortir de l’environnement Potati ou accéder à des applications non autorisées.

Après plusieurs jours d’utilisation, l’interface proposée par Potati s’avère assez fonctionnelle et l’on pourra simplement lui reprocher des temps de chargement parfois assez longs. En revanche, c’est au niveau des contenus proposés que l’offre pêche terriblement. Non pas au niveau de la quantité, mais plutôt au niveau de la qualité. En effet, en raison de sa nature multi-plateforme, la sélection de sites opérée par Potati se doit de fonctionner sur tout type de matériel, du PC à la tablette 7″. Or, certains sites sont tout simplement inutilisables sur ce dernier format. Nous en avons identifié une quantité non négligeable durant de ce test.

De plus, si le navigateur permet de zoomer sur la page pour en agrandir une partie, il aurait été particulièrement appréciable de pouvoir au contraire la réduire de sorte qu’elle tienne intégralement dans l’écran. La navigation s’avère en effet très inconfortable en raison de la nécessité de « se promener » en permanence sur les pages pour atteindre son objectif. Enfin, l’expérience globale avec Potati est pénalisée par le manque de réactivité de la plateforme. Il n’est en effet pas rare qu’il faille réitérer plusieurs fois de suite une opération avant que ses effets ne soient visibles.

Du côté logiciel : pour les parents

Une fois sorti de l’environnement Potati après la saisie du mot de passe du compte parent, la SlidePad Kids redevient une tablette Android 4.1 classique. Le Google Play Store est présent en standard, ce qui permet l’installation d’applications supplémentaires sans difficulté. L’offre logicielle présente par défaut sur la SlidePad Kids comprend Norton Mobile Security dans une version limitée protégeant des logiciels malveillants, la suite bureautique KingSoft Office, le navigateur Opera Mobile et quelques jeux tels qu’Angry Birds Rio ou Cut the Rope Experiments dans sa version gratuite.

Le prix

Le coût d’acquisition de la SlidePad Kids est une bonne surprise puisque le prix de vente conseillé par Memup dans les enseignes de grande distribution et les sites de vente en ligne est de 99 € TTC seulement. Ce prix comprend tout ce qui a été décrit précédemment, à savoir la tablette et ses accessoires, la housse de protection et un an d’abonnement à Potati. En effet, l’accès à Potati requiert une licence renouvelable et qui coûtera 26,91 € par an ou 2,66 € par mois sans engagement à partir de la deuxième année. Ce prix tient compte d’une réduction de 10 % accessible uniquement aux clients de la SlidePad Kids qui souhaitent reconduire leur abonnement. La licence obtenue est utilisable pour un maximum de 5 enfants et sur un maximum de 5 appareils qui peuvent être une combinaison de tablettes, PC et Mac. Si vous décidez de ne pas renouveler votre abonnement, la SlidePad Kids reste utilisable comme la tablette Android standard décrite précédemment.

Conclusion

Il s’agit probablement du meilleur rapport qualité/prix disponible actuellement sur le marché pour proposer aux enfants un premier contact avec internet de manière totalement protégée. Bien que la SlidePad Kids souffre de quelques défauts que vous retrouverez résumés dans le tableau ci-dessous, l’objectif de proposer un accès à internet aux enfants est rempli. La solution logicielle Potati, bien que perfectible, propose un environnement beaucoup plus riche, sécurisé et adapté aux enfants que la plupart des autres tablettes du marché visant cette même population. Sans compter que le retour possible à tout moment vers Android en fait également une tablette bon marché dont il ne faudra pas toutefois en attendre plus que son prix.
 

Avantages Inconvénients
+ Le prix - Caméra frontale uniquement
+ Dimensions et poids très corrects - Haut-parleur sur la face arrière
+ Stockage microSD jusqu’à 64 Go - Caméra occultée par la protection
+ Housse adaptée aux jeunes enfants - Navigateur Potati non adapté pour un écran 7″
+ Espace enfant Potati complètement sécurisé - Mauvaise réactivité de l’interface

Retrouvez la tablette SlidePad Kids de Memup sur Logo-Fnac-90x45 :

SlidePad Kids - Une
SlidePad Kids

Tags : Tablette

NOTRE VERDICT

AUTRES TESTS

Orthographe avec digiSchool

Orthographe avec digiSchool

VOIR LE TEST COMPLET